Tibhirine

La dernière grande réalisation de Habib Hasnaoui, Tibhirine, résulte de trois années de travail et de questionnements sur l’assassinat des sept moines du monastère. Vingt années après ce sacrilège fait à la vie, au respect mutuel et à la solidarité comment honorer la mémoire de ces hommes ? L’évocation de ce terrible épisode, Hasnaoui la veut « simple et digne, occultant volontairement la violence et la barbarie du crime. ».

Cet hommage est un hommage à toutes les victimes et ce, en respect à l’esprit même des membres de cette congrégation : « S'il m'arrivait un jour – et ça pourrait être aujourd'hui - d'être victime du terrorisme […] j'aimerais que ma communauté, mon Église, ma famille, se souviennent que ma vie était DONNÉE à Dieu et à ce pays. […] Qu'ils sachent associer cette mort à tant d'autres aussi violentes, laissées dans l'indifférence de l'anonymat. Ma vie n'a pas plus de prix qu'une autre. Elle n'en a pas moins non plus. » extrait d’une lettre rédigée par Christian de Chergé, moine de Tibhirine, deux ans avant son assassinat.

Amina Far

© 2014 Created by Fahim H.

  • flickr.jpg
  • Facebook Classic